Le Souk Libya

Publié par

Parmi les nombreux marchés populaires de la capitale soudanaise, on compte le souk Libya. Situé dans les faubourgs de la capitale, il occupe une place unique. Créé à l’initiative de commerçants Zaghawa au tournant des années 1980, ce marché connaît un essor considérable puisqu’en moins de vingt ans, il devient le premier marché de gros du Soudan pour les produits manufacturés de petites tailles avec plus de 4500 magasins. En quelques années, il devient une place marchande internationale où se croisent des réseaux reliant le Tchad et au-delà les pays d’Afrique francophone, la Libye, à la péninsule arabique et au-delà à l’Asie, mais aussi la Turquie, la Syrie et l’Europe. L’essor de ce marché s’avère intimement lié aux activités des commerçants Zaghawa et au succès de leur reconversion économique dans le commerce.

Le souk Libya voit le jour selon les mêmes mécanismes que les autres marchés locaux de la capitale, c’est-à-dire une demande croissante de la part de la population grandissante des faubourgs pour des produits de consommation peu chers et l’établissent de places marchandes plus ou moins « informelles » où sont revendus des produits importés souvent de la Libye. Or, les premiers commerçants de ce qui deviendra le marché que l’on connaît aujourd’hui, vont débuter leurs affaires en se fournissant auprès des réseaux communautaires Zaghawa d’importation de produits libyens. Cette connexion avec les circuits d’échanges bâtis par ces commerçants, est à l’origine de la trajectoire originale du marché comparativement à celle des autres marchés populaires du pays.

Les premiers produits libyens sont vendus dans le marché par des commerçants qui s’approvisionnent en produits via les réseaux de commerce inter Zaghawa fermés aux autres. Néanmoins, lorsque les routes se font de plus en plus incertaines du fait de la présence d’hommes en armes et que la frontière libyenne est fermée, les circuits se réorientent vers l’État du Nord via l’Égypte. Cela a pour conséquence d’inverser assez largement le sens des échanges. Il faut attendre le développement du commerce de la valise avec les pays du Golfe et la diminution concomitante de l’intérêt des produits libyens, pour que le souk Libya devienne définitivement le fournisseur (et non l’inverse) des marchés de l’ensemble du Soudan.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s