LA COURONNE DE TOMBOCHÉ (2)

Publié par

Quelque chose tourne en boucle dans la tête de Monsieur Bia. La faveur sollicitée ce matin par Mwiza Sandra lui taraude l’esprit et paraît à ses yeux aussi curieuse que la fille elle-même. Sans mâcher ses mots, elle lui avait demandé d’intervenir à son secours auprès du comité d’organisation du concours Miss Tchad. Elle avait même osé à lui proposer une belle récompense dès que la démarche aura été concluante. Mais Monsieur Bia se pose bien de questions – pourquoi a-t-elle besoin d’une intervention d’influence? Pourquoi sollicite-t-elle cette intervention auprès de sa personne? Quelle récompense peut-elle donner? Que des questions qui défient sa réflexion.

Mondaine de la capitale et branchée aux moindres réalités de l’orbite Miss Tchad, Mwiza Sandra est loin d’être dupe. Elle sait mieux que personne que les choses les plus louches peuvent se produire au sein du comité qui organise l’événement. Les coups fourrés qui émaillent le concours, témoignés par ses copines, sonnent encore dans ses oreilles. D’après les indiscrétions qu’elle détient, à un stade donné de la compétition, seule une candidate naïve compte sur ses qualités intrinsèques. En phase avancée, la boite devient un théâtre de bras longs qui s’affrontent en coulisse. Au sein de l’équipe du jury, certains membres se métamorphosent alors en vrais prédateurs impudiques. Plus la course évolue vers la fin, plus elle se pervertit davantage. Dans le passé, certaines miss ont dû payer la couronne de leur corps et d’autres plus chanceuses de leur portemonnaies. C’est selon la méthode implicitement imposée.

De la dernière élimination des candidates malheureuses, Mwiza Sandra est sortie sans encombre. Une étape franchie grâce à ses qualités physiques et intellectuelles. Toutefois, à la prochaine épreuve, elle risque d’y laisser de ses plumes. D’où cette visite osée effectuée chez le patron de l’académie des beaux-arts.

Au château Miss Tchad, elles ne sont à présent que 10 candidates à se rivaliser. Elles étaient initialement 23 concurrentes qui représentent les 23 régions du Tchad. Tirées sur le volet, elles étaient toutes aussi superbes les unes que les autres.

Vêtu en mode décontracté, Monsieur Bia est le premier à franchir le portail de l’hôtel Hilton, vers 17 heures, l’endroit lui est familier. Accueilli avec l’égard de son rang et installé dans son coin préféré à l’abri de clients curieux. Un instant plus tard, guidée par un agent de l’hôtel, Mwiza Sandra, jolie telle une gazelle au sortir d’une saison généreuse, surgit de loin. Aussitôt, son parfum aux senteurs agréables s’empare de la place et propage une atmosphère sublime.

     – bonsoir Monsieur Bia, l’arrivée de je ne sais quel président a bloqué la circulation.   Cette histoire de tapis rouge qui paralyse la circulation devient de plus en plus agaçante.  J’espère que je ne vous ai pas fait attendre longtemps.

   – (rire), bonsoir Mwiza, prenez place, c’est très probablement le président des iles canaris dont la délégation de précurseurs est arrivée cet après midi.

   – un café avec un verre d’eau s’il vous plait, dit Monsieur Bia à l’endroit du serveur. Quant à son invitée, elle commande un jus de mangue.

    – alors, dites donc, comment évolue l’élection de Miss Tchad ? Questionne Monsieur Bia.

    – très mal, dit elle et développe les dernières nouvelles :

A l’étape de ce samedi, trois candidates seront appelées à plier bagages, puis le samedi d’après, trois vont être éliminées de la compétition. Il en restera alors que quatre concurrentes. Autant dire que l’élection va entrer en phase cruelle. Aussi, je vous avoue volontiers qu’une certaine Sarah Hemchi, de la ville de Fada, aussi belle qu’une fée, m’ôte le sommeil ces jours-ci. Sa beauté dépasse l’entendement, surenchérit-elle, avec une voix lugubre marquée d’une profonde inquiétude.

Et elle continue sur le chapitre de sa rivale – Sarah Hemchi est née dans la ville de Fada, chef lieu de la région du Massif de l’Ennedi, terre millénaire connue pour ses chamelles laitières, sables dorés et palmiers fertiles. Elle est élevée en se nourrissant du vertueux lait de chamelle et de somptueuses dattes fraîches du Nord. Telle une perle fabuleuse, au fur et à mesure qu’elle grandit, elle se révèle chaque jour plus féerique.

A telle enseigne que sa mère mise tout ce qu’elle possède que sa fille gagnerait la couronne de Miss Monde, si les critères de l’élection ne se reposent que sur la beauté physique naturelle. D’ailleurs, tous les chanteurs, les poètes et les nouvellistes de la région, se rivalisent d’imagination dans le louage de sa scandaleuse beauté. De surcroît, toute rencontre sociale, heureuse fut-elle ou malheureuse, à laquelle Sarah Hemchi assiste engendre un roman, une nouvelle, un poème ou une chanson inspirée de sa beauté angélique.

Vous l’aurez compris, mon cher Monsieur Bia, vous avez du pain sur la planche. Et je vous en supplie, Sarah Hemchi représente une très sérieuse menace et elle risque fortement de me ravir la vedette. Cette peste doit être écartée de mon chemin, par tous les moyens, moraux soient-ils ou immoraux. Le plus tôt sera le mieux.

A l’écoute de cette présentation sans appel, Monsieur Bia mesure bien le cauchemar qui habite son interlocutrice. Cependant, quelque chose de positive lui traverse l’esprit. Si Mwiza Sandra ne redoute que Sarah Hemchi, elle peut encore s’en sortir indemne à l’élimination de cette semaine et même de celle d’après. Cela donnera le temps d’élaborer une stratégie à la hauteur de l’enjeu. Autrement dit, deux semaines pour sauver l’audacieuse Mwiza Sandra, ce qui revient à écarter les autres, notamment Sarah Hemchi. Voilà en quoi consiste la mission délicate dévolue à Monsieur Bia. De cette conversation, une avalanche des questions émane, dont une se répète sans cesse – que pourrait bien être cette récompense promise ? Le naturel chassé, il revient au galop.

A chaque gorgée du café, Monsieur Bia se pose une nouvelle question – que faire pour éloigner cette Sarah Hemchi ? Bénéficie-t-elle d’un soutien au Ministère de la culture ou compte-t-elle sur ses qualités intrinsèques? Va-t-elle monnayer sa place à la faveur d’un arrangement négocié? Acceptera–t-elle de revenir à la complétion l’année prochaine ? Se contentera-t-elle de la place de première dauphine de Miss Tchad ? Autant de questions auxquelles il lui faut trouver des réponses…

A suivre.

 

One comment

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s